Transat-épisode 4-« Larguez les amarres »

 » Larguez les amarres  » 

le voyage

Sous le soleil, le ponton s’anime. Ils  sont encore quelques uns à chercher un embarquement. Réunis dans leur quête, ils arpentent la marina et repèrent ceux qui voudrait bien d’eux pour une traversée. Malgré leur jeunesse, certains de ces équipiers de fortune ont déjà bien navigué mais dans le cadre du convoyage, notre bateau ne peut s’offrir à l’inconnu. Au loin sur la plage, une tente encadrée de palmiers s’agite au vent et  semble enracinée pour longtemps. Un ferry s’échappe du port…

Et puis un matin, rempli d’eau et de gazole nous larguons les amarres pour laisser Las Palmas dans sa torpeur. Au moteur, direction le Nord de l’île pour passer tribord amure dans l’archipel des Canaries où nous laisserons Tenerife à notre droite. Roule bateau roule

Passé la pointe de l’isleta,  le vent souffle Nord/Est, la mer a des reflets  » bleu acier », la côte est magnifique. À l’horizon, au delà des nuages, émerge le pic du Teide , tel un téton gigantesque ! En cette fin d’après-midi le spectacle est total. De nombreux dauphins  s’amusent dans le sillage du bateau. Flip Flop Flip Flop ! Pour notre bonheur, nos amis bondissent en un spectacle endiablé où il fait bon se frotter à l’étrave et surfer les crêtes de vague.    

 » Clair de lune « 

Pour cette première nuit de navigation, je redécouvre la voie lactée. D’une limpidité sans pareille, la Lune nous accompagne et nous guide. Le compas à demi éclairé roule sur son axe au rythme de la houle, par série de 3, les vagues déferlent et viennent se glisser sous le bateau. A la barre, les 25 tonnes du bateau chaloupent…gare à l’empannage ! le vent fraîchit, nous naviguons dorénavant sous génois en mode « short sheet », ce qui stabilise la voile au vu du roulis. Roulis…roule bateau roule

 » Arrêt buffet à Hierro « 

Hierro- archipel des canaries

Première matinée dans l’archipel. En inspectant le moteur, Vincent constate une panne de refroidissement  moteur. Nous profitons de la proximité de l’île El Hierro pour nous arrêter et faire le point . Pendant que nos mécanos évaluent le moyen de réparer le circuit de refroidissement du 140 cv Volvo, j’en profite pour mettre pied à terre. Les maisons du port semblent repoussées au bord du rivage, la terre et le sable sont noirs de lave,  les cactus semblent jaillir du sol, l’endroit est désert… les pêcheurs reviennent la cale remplie de thon albacore. Les pics sont de sortie pour décharger la cargaison…des siècles sont passés, le poisson est toujours au rendez vous ! Dernière île de l’archipel,  nous laissons Hierro « dame de fer » sous le soleil couchant .

La traversée peut commencer !

prochain épisode : Roulis et Dorade Coryphène